image
logo

corridafrance.fr

eltico.org

observaoire

REPORTAGES :

Temporadas : 2006 / 2007 / 2008

Campo

EXPOS : 2004 / 2005 / 2006 / 2007

BILLETS / PHOTOS :

jean louis Jean-Louis LOPEZ

jacques Jacques LANFRANCHI

DANIEL Daniel CHICOT

 

TOROS DE FRANCE

CARTELES / ARCHIVAGE

AUTEURS TAURINS

LIENS

CONTACT

LIVRE D'OR

MAILING LIST

LEXIQUE

LA CORRIDA / HISTORIQUE

 

AIRE SUR L'ADOUR

15 juin 2008

6 Toros de "Espioja" 6

pour :

Daniel Luque

Joselito Adame

"El Santo" ( qui prenait l'alternative)

3/4 d'arènes, temps nuageux.

Cette après midi chargée en émotion fut marquée par l'alternative du torero landais "El Santo". Sa détermination et son envie de bien faire dans la cour des grands fut quelque peut ralentie par des toros forts et décastés, empêchant toute option de triomphe.

El Santo (blanc et or, broderies dessinées par le matador de toros José Manrubia): "El Santo" nous gratifia d'une bonne réception de cet imposant toro à la cape bien que ce dernier quitta la cape dès les premieres passes pour aller se réfugier au toril.  Il prit une pique en poussant gentiment. Il le brinda à sa famille après une cérémonie d'alternative émouvante et ovationnée. Le debut de faena de muleta se fit donc par le bas afin d'intéresser le toro qui n'en fit qu'à sa tête, embistant au pas avec une certaine hésitation. Pas facile de bien toréer un toro qu'il faut d'abord réussir à garder dans sa muleta ! "El Santo" tenta donc de changer de main et le toréa par aidées gauchères arrachées une à une mais le manque de classe du toro enlèva toute émotion. Que faire ? "El Santo" le comprit : Il fallait le toréer aux planches, dans son terrain, s'exposant un peu plus au danger, mais avec une envie de bien faire coûte que coûte. Puis sans crier gare il réalisa tout à coup une inespérée série droitière liée et templée, totalement intréguée, lui laissant la muleta sous le museau dans un terrain incroyablement raccourci et dangereux. Il  le tua d'une belle entière après un pinchazo mais il se blessa au pouce et à l'index de la main droite, l'obligeant à rester dans l'infirmerie jusqu'au 4ème toro. Bilan : 20 points dans la main et un bandage assez impressionnant.

Il revint tout de même tuer son deuxième toro  qu'il reçut par trois véroniques templées et ressenties rématées d'une demi-véronique stylisée. Il le mena au cheval avec décision et toreria pour une unique pique. Il ne put malheureusement pas le banderiller laissant sa cuadrilla s'en charger. Il le brinda au public. Son début de faena fut volontaire tentant toujours de mener son toro le plus loin possible et cherchant toujours plus de profondeur. Mais le toro glissait et tombait trop souvent. Tous ses efforts furent réduits à néant à chaque chute. Encore une fois notre torero trouva la solution en optant pour la douceur, assis sur les reins. Il garda toujours la muleta sous le museau, prenant le temps de s'appliquer. Il le foudroya d'une entière récoltant une oreille méritée.

 

Daniel Luque (blanc et or) : Il reçut son premier exemplaire pieds joints, immobile, mais ce dernier se freina déjà et se retourna court. Ce qui ne l'empêcha pas de réaliser une demie joliment imprimée. Après la pique il nous servit un quite par véroniques serrées mais aguantées. Après avoir brindé son toro au public il realisa une entame de faena vibrante et ressentie. Dès la première série droitière il lui trouva la distance parfaite, bien qu'elle fut très variable à cause d'un toro désordonné et bronchant souvent. Si le rythme se cassait parfois, le torero le redonnait aussitôt grâce à une arme imparable : le temple.

 Il termina par des redondos statiques enchaînés sur 50 cm de diamètre avant de finir dans les cornes, toujours plus près, toujours plus doux. Mais la mort fut quelque peu laborieuse : Deux pinchazos et descabello. Il salua tout de même au centre.

Il reçut le second par une série de véroniques templées et terminée par une demi véronique élégante et suave. Ce toro poussa fort et mit les reins sous une pique peut être à l'origine de sa dérive. La première série droitière imposante fut de suite soulignée d'un trincherazo imprégné de décision et de classe. Le torero donna tout mais le toro ne s'employa à aucun moment, humiliant de moins en moins. Le temple fut donc de rigueur une fois de plus et il l'utilisa à bon escient, ne se faisant pas accrocher malgré des pitons qui passaient de plus en plus haut. C'est au fil des planches qu'il arracha tout ce qui restait à ce toro, totalement intrégué. Il le tua d'une entière et coupa une oreille.

 

Joselito Adame: (rouge et or) : Il débuta par des delantales pieds joints avant de laisser s'échapper son toro vers la porte d'où entraient les picadors. Il reçut donc deux piques. Il tenta ensuite un quite par gaoneras osé mais réalisé jusqu'au bout. Il le brinda au public avant de réaliser une série de statuaires maitrisés. Seulement le toro cherchait les cheville dès la deuxième passe. Il ne fut donc pas facile de trouver la bonne distance et imposer son propre rythme à ce toro qui ne supportait pas l'étouffement et la contrainte. Alors Joselito lui donna intelligemment une certaine distance entre chaque passe et un temps mort essentiel.  Même facture pour la gauche. Il parviendra tout de même à allonger ses muletazos de quelques centimètres appréciés. Il arracha les passes coûte que coûte, de plus en plus serrées mais Adame ne céda pas un pas de terrain. Il ira même jusqu'à tenter un redondo pas vraiment approprié. Une entière foudroyante.

Son second reçut deux piques relativement légères puis notre torero assura fanchement un tercio de banderilles compliqué par un toro très mobile. Il entama à la muleta par doblones dessinés sous la corne. La franchise fut toujours au rendez-vous la muleta toujours bien devant et le replacement toujours en avant aussi. Seulement ce toro était tardo et ne permettait aucune transmission. Adame tenta d'agrémenter tout en restant classique  mais ce fut difficile. Le toro ne tarda pas à se réfugier aux planches se désintéressant totalement du combat. Il dût faire tout le chemin pour le tuer ce qui ne fut pas aisé. Un pinchazo profond et une entière.

 

"El Santo": 1er et 6ème toro : Salut au centre / Oreille

Daniel Luque : 2ème et 4ème toro : Salut au centre / Oreille

Joselito Adame : 3ème et 5ème toro : Salut / Silence

 

"La Lagrima"

Reportage photographique de Roland COSTEDOAT : photo

 

RETOUR

occterra