image

www.corridafrance.fr

www.eltico.org

REPORTAGES :

Temporadas : 2006 / 2007 / 2008

Campo

EXPOS : 2004 / 2005 / 2006 / 2007

BILLETS / PHOTOS :

jean louis Jean-Louis LOPEZ

jacques Jacques LANFRANCHI

christian Christian CARTOUX

DANIEL Daniel CHICOT

TOROS DE FRANCE

CARTELES / ARCHIVAGE

AUTEURS TAURINS

LIENS

CONTACT

LIVRE D'OR

MAILING LIST

LEXIQUE

LA CORRIDA / HISTORIQUE

 

Ganaderia GALLON :

L'amour du Toro

gallon

Un peu plus d'un an après la disparition d'Aimé, rien n'a vraiment changé chez les GALLON. Seuls les petits-enfants du défunt sont un peu plus présents. Dans le respect de la Ganaderia créé par le père, Michel et Jean-Pierre continuent à travailler patiemment et amoureusement à la poursuite de leur graal, le toro de leur rève.

Depuis vingt cinq ans, les céréales ont augmenté, mais on vend toujours le même prix un érale pour une non-piquée. Aussi, il faut une activité annexe pour récupérer un peu de ce que les toros braves coûtent. Les aubracs sont là pour ça. Ce sont eux qui ont droit aux premières rations du jour.

Ensuite, il faut charger la remorque. Et là, il ne vaut mieux rien oublier... Car les kilomètres de mauvaise piste qui relient Icard à Tenque, deux fois dans la journée, c'est suffisant. Et comme le pays est pauvre, on ne lésine pas chez les GALLON. Quatre tonnes de foins et cinq cent kilos de pienso, voilà la ration journalière des cornus de la maison.

Au détour d'un chemin, un toro blanc tout droit sorti d'un rève. "Celui-là, il fait impression à tout le monde", s'exclame Michel. "Mais il va falloir se mettre devant..." rajoute t-il. Nous arrivons ensuite au milieu des vaches à tienter. Le troupeau s'étire au gré des mottes de foin que Michel distribue généreusement. Il y en a à perte de vue... "En décembre, on en a marqué cent quatre.." précise Louis, l'ami venu d'ISTRES et qui se demande comment il va pouvoir tenir un mois sans toros. Il doit en effet partir voir sa fille en Thaillande le lendemain...

Puis le clos des anoubles, dans lequel nous retrouvons un des sementales acquis aux frères Sampedro et à l'origine de la nouvelle Ganaderia GALLON. Michel explique qu'il fonde beaucoup d'espoirs sur les deux toros graciés par Jonathan VEYRUNES et Julien MILETTO, qu'il a mis sur les vaches dernièrement. En effet, depuis cinq ans, la sélection paye et de plus en plus de vaches passent l'épreuve de la tienta. Mais chez les toros, ce n'était pas ça... Avec ses deux reproducteurs issus de leur travail de sélection, les GALLON pensent détenir la clé de la réussite. De plus, les erreurs du passé ont servi de leçon. Plus question de lidier des toros trop ronds, si beaux dans le ruedo, mais qui ont tendance à perdre leur mobilité au troisième tiers. Dans les deux derniers cercados, nous découvrons une corrida, qui est réservée mais dont on ne peut encore donner la destination, et les novillos mis de côté pour Luc JALABERT, qui sortiront le samedi matin de la Féria Pascale. Et en effet, si la corrida est sérieuse, le lot de novillos est homogène, sans excés ni de poids, ni de tête, simplement parfait pour des arènes de catégorie comme celles d'ARLES.

Encore quelques jours, et les listes définitives des titulaires et des remplaçants sera établie. Ensuite, il s'agira d'attendre, patiemment, l'espoir d'un triomphe. Et si les ganaderos font le tour de piste dans leurs arènes, de là où il est, nul doute qu'Aimé le fera avec eux.

Reportage photographique : image

Laurent DELOYE "El Tico"

RETOUR