Une journée particulière

 

MADRID (22/05/2007 18H50 – Corrida de la Prensa- Patio de caballos

Comme il est écrit dans le script :

 

Zoom avant caméra

Trois hommes, le dos appuyé sur le mur en briques rouges, du vaisseau amiral, de la galaxie taurine attendent le paseo.

Jean Baptiste Jalabert Fournier, les yeux vers le haut, Juan Bautista l’arlésien, pense-t-il à cette première oreille coupée, de matador de toros, ici même, il y a quelques jours, ou à ces deux oreilles de son époque novilleril, lui le premier à faire défiler sur son costume de lumière, notre croix de Camargue à las Ventas.

imagephoto Botan extraite du livre Juan Bautista Novillero pour l'Histoire

Sébastien Castella Turzak, Castelllà comme disent les Espagnols, les yeux fermés, se rappelle-t-il peut être ces deux oreilles arrachées à ce président commissaire « El del Bigote » (celui des moustaches) qui la refusa si souvent jadis. Première Puerta Grande pour un torero français d’alternative. Ou à Claude Naker, disparu il y a quelques semaines qui lui enseigna les premiers capotazos à l’Ecole Taurine de Béziers ; et qui fut certainement son premier porteur pour une soirée de triomphe à Portiragnes, lors d’une beccerada .

imageArchives Photo "Eltico"

Entre les deux toreros, Christian Romero le banderillero, regard droit. Porte drapeau de la casa (caste) Romero dont le père Pedro fut le mentor d’une grande partie de la Toreria française : Alain, Simon, Christian, Lucien, Jacques, Frédéric jusqu’à son ultime poulain : Tino.

Plus prosaïquement, ces trois hommes pensent aux six toros qui vont sortir en piste dans une poignée de minutes.

 

Fondu enchainé

Après un chaparon (averse) pour l’un, et deux volteretas importantes pour l’autre, Jean Baptiste et Sébastien une oreille à la main chacun se partagent celle d’or remise par le Roi d’Espagne en personne ; Ostia !

Madrid- 22h32- loge royale

 

Zoom arrière caméra

 

Générique de fin

Pour tes trente ans d’alternative, Christian, je pense que le plus beau cadeau, c’est les deux « petits » qui te l’ont fait ce jour là !

 

Fin de bobine

 

aout 2007

signature

Nb : La photo d’André Viard qui inspira ce texte n’a pu être publiée, l’autorisation de publication a été refusée par l’auteur.

 

retour