Tragédie de la Fiesta

André Lopez Lorente est plus que septuagénaire et autant de décennies en tant aficionado « a los toros ». Retraité, archiviste ad vitam aeternam d’un des clubs doyens d’Arles La Muleta.Il a lors d’un travail de bénédictin, écrit et édité à compte d’auteur : Nomenclature en hommage aux victimes du Toreo.

Dans la mémoire collective des aficionados les drames de Francisco Rivera Perez « Paquirri », José Carlos Frita Falcao « Jose Falcon », Jose Cubero «  Yiyo » Manuel Rodriguez Sanchez « Manolete ».

Mais qui se souvient de José Candido Esposito, décédé le 24 juin 1777 après une blessure d’un toro de la ganaderia De Bornos au Puerto de Santa Maria ?

Si la bibliographie hispanique est riche sur ce sujet (hors presse médicale) :

Seul un ouvrage français grand public rappelle quelques tragédies taurines célèbres :

L’opuscule écrit par André Lopez traite d’une manière chronologique mais également en ajoutant l’apodo (surnom du torero), la plaza, le nom du toro et le nom de la ganaderia. Ouvrage de références pour l’aficionado mais aussi pour le professionnel médical dans le cadre de travaux scientifiques eu de thèses. Par contre il n’y a pas de « parte facultativa » (bilan médical). Cet ouvrage ne tient pas compte en revanche des toreros comiques, forcados, toreros landais charros mexicains, hommes de campo, espontaneos et aficionados.

Félicitations André Lopez

octobre 2007

signature


dessin

 

RETOUR