Retour vers Saint Sever

 

Depuis 1969, Alain Montcouquiol et Bernard Dombs Simon Casas dénoncent la main mise des Espagnols interdisant aux Toreros Français de toréer dans leur propre pays.

En octobre 1971 dans la salle Pablo Neruda à Nîmes, ils créent l'Association des Toreros Français. De Frédéric Pascal, Jacques Brunet, en passant par Christian Montcouquiol, Lucien Orlewsky, Jean Marie Bourret, et les ainés, Aguado Castro, ils sont tous là. (Photo 1 ; Photo 2)

Béziers a longtemps marqué la limite du Sud Est et du Sud Ouest mais dans les années 70, c'est aussi une véritable ligne Maginot. Les principales arènes tenues par un quarteron d'empresas espagnols, opposant un véto systématique à nos toreros.

Seuls quelques festivals comme celui de Seissan (Gers) sur l'impulsion de son maire Me Boussat permettent quelques intrusions dans cette région.

En fait, c'est une déclaration du premier magistrat de Saint Sever Mr Comenay qui mettra le feu aux poudres. «  Moi, vivant, aucun torero français ne foulera le sable de nos arènes ».

Le 28 mai 1972, à Lunel, c'est un paseo de 6 toreros français : Casas, Nimeno I, Frédéric Pascal, Jacques Brunet et les deux jeunes Nimeno II et Chinito foulent le sable pescalune, pour la première fois de l'Histoire taurine française.

Forts de cette première victoire le 25 juin 1972, après un voyage nocturne, vingt et un jeunes toreros accompagnés par leur égérie Mme DA Vargas de Céret arrivent à Saint Sever.

Après la distribution d'un tract explicite (photo 3), drapeau tricolore en tête, ils envahissent la piste de Morlane. Le novillero vénézuélien El Mito et son toro d'origine Guardiola Soto font les frais de l'espontaneada. (photo 4).

Si le geste symbolique est un succès, la fin de l'épisode est plus dure : insultes, coups, blessures, capes et muletas disparues, gardes à vue

Dans le procès verbal rédigé par le lieutenant Anselme Allemand, l'infraction est «intrusion de spectateurs sur la piste des arènes ou le calleron (sic) pendant une course de toros, la personne soupçonnée est « l'association des toréadors français » (photo 5)

Amor Antunez El Andaluz », Jean Marie Bourret, François Caro (Curro Caro) Eric Gibon, Marc Antoine Goïta Romero, Dominique Vache resteront dans le milieu taurin.

D'autres seront photographes comme Bernard Moschini (Nîmes) ou infirmier comme Moussa Benotmane (Arles).

En Gascon de race et fin politique, le Maire donnera le signe de la réconciliation.

Le 20 août 2006, soit 34 ans plus tard à St Sever la programmation des spectacles est effectuée à parité par Richard Milian et Michel Bertrand.

Patrick Laugier le plus jeune de l'expédition de l'époque (15 ans) présentera à la novillada concours 100% française un de ses toros du fer de Piedras Rojas.

Son Nom « Espontaneo »

Grand clin d'il à l'Histoire ou les Révolutions servent toujours.

 

11 août 2006

signature

 

 

 

retour