bandeau haut
 
 
 
 

 

observatoire

 

jacques lanfranchi
Les deux côtés du miroir

francis espejo C’était en 1969, peut être en 1970, un samedi soir d’automne dans un bar du boulevard des lices.

Francis m’a dit, tu as des « cannes », tu dois courir vite, on monte une équipe de rugby à 15, Viens avec nous !

C’est comme çà que j’ai débuté en tant que trois quart aile, en connaissant du Rugby que le nom de la famille Spanghero, et les cheveux longs de Jo Maso.

Il n’y a pas de problème, il n’y a que des solutions.

Plus tard, ce fut l’épopée de Joyeuse, Francis avait décidé de faire revivre ce village en Ardèche. Style Maison bleue de Maxime Le forestier, les sacs de ciment en plus, la cithare en moins, vin rouge inclus avec Jean Claude le sculpteur, Alain l’instituteur et les autres…

Quand Vivier débarqua de Marseille, il ne connaissait rien aux taureaux, mais c’était un bon demi de mêlée, il mesurait 1m60 ce qui ne l’empêcha pas d’intégrer « Los Espejitos Grandes ». Francis et sa troupe comico-taurine, raseteurs, gardians mais tous toreros écumèrent l’hexagone, plus quelques incursions en Europe.

Molière moderne, dans les camions Berliet à museau long avec Clavelito, Lombardo, Montero, mais aussi Robert Piles, Paquito Leal et tant d’autres qui firent connaître la Camargue, les taureaux, lou Païs.

Imaginez les solutions à trouver !

Un jour à Nîmes, un jeune beceriste (sous la bulle) était « malheureux avec les aciers » comme disent les revisteros patentés, en fait il pétardait avec l’épée.

Ayant depuis longtemps, le diplôme de torero de l’université Sur les gradins, je lui conseillai de changer de terrain. Francis, gentiment me demanda combien j’avais tué de toros. Moi, un, dit-il, à Méjanes, mais c’était compliqué car je n’avais qu’un sabre.

francis espejo

Toujours les solutions.

Il y en a trouvé pour les oubliés des cartels, les maudits des empresas, dans cette monumental de Gimeaux. Le retour de Yanito, la despedida de Rafael Martinez Lagartijo (celui de Cieza), les lionceaux d’Arles malheureux : Charly, David, mais aussi le mano a mano inédit de Victorino Martin fils et le maestro Ruiz Miguel.

Les Fulgurances de Don Quichotte.

Les premières épées. Je me rappelle celle de Thomas Joubert Bozzi, Tomasito où compatriote insulaire oblige, j’étais président . La journée se termina, avec le grand oncle de Tomasito, le plus corse des Arlésiens : Ange Boschini, champagne de rigueur. Nous avons discuté de Manolete, Dominguin, des falaises de Bonifacio, et du domaine viticole de Patrimonio en Haute Corse ; un peu des femmes.

Francis, Ange et moi, tous les trois assis avec nos flûtes en plein apéro camarguais !

fourmigo Francis c’est le Fourmigo, un club populaire, ouvert, familial mais aussi le nom du seul taureau de la manade Paul Ricard qui gagna le prix de la Cocarde d’Or en 1966.

Pour tout le monde Lou Fourmigo avait un chapeau, une cigarette et une paire de longues guiboles ; grand cœur, qui organisait des spectacles à la Timone à Marseille pour les enfants malades. Et puis quelques bajons, on ne peut pas toujours voyager en première.

Francis dans sa nouvelle « el Babi » publiée par l’association Toreria en 2001 résume la difficulté de « se mettre devant » dans un texte saisissant de réalité avec quelques vérités comme : « comment veux tu être torero, quand tu es italo-provençal, Babi ! »

Belle illustration de la maxime d’Alfonso Navalon : « il n’y a ici que deux activités nobles qui permettent à l’homme de se réaliser : Ecrire et Toréer ».

Il y un an jour pour jour, il m’avait consulté sur le plan médical. Diagnostic pas établi mais probabilité d’une pathologie grave. Il me rassura en disant : « je pense que c’est un coup, il y a dix ans en charlottade à l’île des Embiez » et de me décrire le toro et la scène.

Le quite comme solution.

Francis tu connais maintenant les deux côtés « del Espejo »

Un abrazo fuerte à tous là bas.

Gainsbourg dit  : «  Dieu est un fumeur de gitanes » cela peut être un point d’entente, déjà une solution.

Jacques Lanfranchi

24 février 2010

Espejo : miroir en espagnol

Bajon : bêtise en patois

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RETOUR

 

occterra