Corse et Tauromachie

Appelée Kalliste (la plus belle) par les Grecs, l'Ile de Beauté a souvent exporté des images d'Epinal, un peu vieillottes où se mêlent bandits et honneur, vendetta, maquis sur fonds de sérénade Tinorossiennes, mais rien de taurin et pourtant !

Joseph Bonaparte, roi d'Espagne et frère de l'Empereur dont le sobriquet, Pepe Botella n'était pas avantageux, ne rechignait pas à taquiner les taureaux ; lors d'une chute de cheval, il profita du quite salvateur de Juan Lopez , picador de Pepe Hillo.

Napoléon III et son épouse Eugénie de Montijo, seront à tout jamais les importateurs officiels de la course dite espagnole en France en août 1853 à Saint Esprit dans les Landes.

Victor Mariotti né en 1890 à Marseille, fit une carrière dans les quadrilles de l'époque, puis en tant que novillero. Il laissera également le souvenir d'un critique taurin de grande qualité sous le pseudonyme de Marvic, cela lui valut d'ailleurs une blessure grave dans le callejon des arènes d'Arles en juillet 1964.

Le torero français d'alternative Bernard Carbuccia « Marsella » nous rappelle par son apodo que Marseille est la troisième capitale de la diaspora corse après Ajaccio et Bastia ; l'histoire taurine de la cité phocéenne fut d'ailleurs écrite par le regretté Professeur de médecine : Paul Casanova. (Editions UBTF 1990).

Sans oublier Michel Zuccarelli (père de Jérôme – corrida.tv-) qui de 1976 à 1988, chaussera sa selle portugaise aux étriers camarguais en métal inoxydable, ainsi que le costume français du XVIIIème, en tant que rejoneador dans tant de plazas.

La coutume insulaire est d'identifier les personnes par leur village d'origine et leur famille : Thomas Bozzi Joubert est Tomasito de Fontvieille. Il a levé sa première épée à Gimeaux, en mars 2004 chez l'ami Françis Espejo.

Il est sous la double protection de la Macarena, la vierge des Toreros, mais aussi de la Mater Dolorosa , la Vierge Marie , qui fut un temps la Reine des corses pour mettre fin aux luttes claniques, elle est vénérée dans l'hymne national insulaire : Dio Vi Salvi Regina.

Tomasito a de bonnes manières, le regard un peu triste d'Aparicio Père et la parole mesurée de ses origines. Il se présente à Arles le Samedi 10 septembre 2006 à 11 heures.

Suerte et…Pace e Salute

 

3 septembre 2006

 

 

 

retour