48 heures chrono

cartel

Samedi 16 février

08h30 : Dernier check up des bagages (le quatrième ou le cinquième en 10mns) avant de démarrer. Prochaine étape l’Ilon où Margaux Laugier, ganadero et supportrice de Tomasito, nous attend.

10h30 : Marignane, fouille, refouille et dix de der ! On se demande comment les attentats du 11 septembre à New York ont pu arriver ! Premier bilan des trophées : plus de crème à raser, plus de shampoing, sécurité des frontières oblige !

11h30 : D ’une manière concomitante appel pour l’embarquement pour Madrid et premier coup de fil capitaleño pour confirmer l’heure du paseo.

12h : Quelques taurins dans la file : Vincent Fare me parle de la retirada (temporaire) de Julien Miletto. Roberto El Quitos nous donne des nouvelles de la santé de Joselito Adame et son prochain cartel en Amérique du sud. On entrevoit Laurent Bettini « El Coco » l’un des banderilleros de Thomas, caja montera à la main, la pression monte pour tous, l’avion, le torero…

13h : Laurence, hôtesse de l’air, style grand héron cendré, mais en blonde nous annonce la descente sur Madrid ; pour les cinéphiles avertis, elle est peut-être «  la fille de Ryan ».

14h : Barrajas, aéroport de Madrid dés que tu vois un type bronzé et gominé, tu penses à David Luguillano, dans un style plus mûr et à cheveux gris idem mais Jaime Ostos, çà y est, on rentre dans la course.

15h : Le taxi est jaune comme à New York, le restaurant est blanc, malgré son apodo de Marazul, au comptoir quelques représentants en embonpoint dernier modèle entretiennent leur produit à grand coup de cervezas.

16h : Los Extremeños, bar de quartier en face des arènes de Vistalegre est devenu le lieu taurin incontournable avec son folklore et les petits métiers autour du toro, je vous recommande notamment le type qui vend des cannes en forme d’épée. Pas des cannes épée ! Çà y est, on retrouve la famille, nos gens, Paquito Leal, Julie Belin, Vivi, les parents de Tomas, Emilie et Jérôme, Steven, Sofiane, Greg, ce n’est plus une cuadrilla, c’est une équipe de rugby à quinze.

petits metiersbandeamis

16h50 : Palacio de Vistalegre, grand bâtiment de béton gris qui pourrait avoir été dessiné en mano à mano par Stanley Kubrick pour son époque 2001 Odyssée et Stephen Spielberg pour Rencontre du troisième type. Un compromis entre le palais Omnisport de Paris Bercy et le Corte Ingles. Préfigurant la fiesta nacional du troisième millénaire, si elle résiste ! La photographie n’y est pas à la fête par manque de lumières.

palaciobandeen piste

17h : Paseo, le drapeau corse (bannière blanche avec une tête de maure) fleurit sur les gradins de Vistalegre et certainement pour la première fois à Madrid en l’honneur de Thomas Joubert-Bozzi.

cuadrillabandepaseo

18h : Arrastre du premier toro de Thomas.

19h : Porta gayola à son second qui se révèlera un manso perdido de gala beaucoup de dignité, d’intelligence dans la lidia après un semi marathon dans le ruedo, une oreille.

20h : Sortie abrazo de rigueur entre français, on fête çà.

fete

 

Dimanche 17 février

08h : Tomasito fait la première page du quotidien « La Razon ».

14h : Annonce officielle dans les arènes, Thomas est en finale de la Oportunidad 2008 avec Gomez del Pilar, le troisième sera élu par le public, le coup de la Star Ac , le retour au château en moins.

 

Lundi 18 février

12 h : Retour sous la pluie à l’aéroport, répartition et palabres pour refaire partir l’ensemble des bagages de la cuadrilla vers Arles.

lundi pluvieuxbandebagages

14h : Dans la carlingue, on accueillera nos voisins nîmois, Mr Simon Casas et le maestro Marc Serrano. Ryan Air était devenu Ryan Arles.

transitPhotos : Evelyne LANFRANCHI

Au fait, mauvais sorteo, Laurence, l’hôtesse était remplacée par Rachid et Fernando.

Clap de fin pour ce weekend.

Le prochain c’est la finale !

18 Février 2008

signature

 

RETOUR